• Grand Prix du Brésil 2010 : Programme télé

    Votre programme télé pour le Grand Prix du Brésil 2010. Décalage horaire oblige,

    les séances auront lieu assez tard chez nous !

    Vendredi
    - Essais Libres 1: 13h00 en direct
    - Essais Libres 2: 17h00 en direct

    Samedi
    - Essais Libres 3: 16h00 en différé (séance à 14h00)
    - Qualifications: 18h00 en Rediffusion

    Dimanche
    - Course: 20h00 Rediffusion .

    Samedi
    - Qualifications: 17h00 en direct.

    Dimanche
    - F1 à la Une: 16h45 en direct.
    - Course: 17h00 en direct.


    votre commentaire
  • Brésil - Présentation Williams

     

    Rubens Barrichello : " C’est ma course préférée. J’aime la ville, j’aime le peuple et l’attitude des fans. J’adore être là mais ça passe trop vite ! La piste est très belle et à mon avis, le double virage 6-7 est l’un des meilleurs du monde. Il y a des endroits pour dépasser et toujours un risque de pluie donc il y a moyen de faire quelque chose d’intéressant. La Williams a tendance à bien fonctionné au Brésil et j’aurai un nouveau moteur pour cette course donc nous verrons ce que nous serons en mesure de faire. "

     

    Nico Hulkenberg : " Je n’ai jamais été au Brésil mais je suis vraiment impatient d’y aller car tout le monde m’a dit que c’était cool. Interlagos est un autre nouveau circuit pour moi et c’est l’une des rares pistes du calendrier ou nous tournons dans le sens antihoraire. La piste elle-même parait ambitieuse mais intéressante. Je suis particulièrement impatient d’aborder les S de Senna et le double virage 6-7. Après la Corée, je suis très impatient de remonter dans la Williams FW32. "

     


    votre commentaire
  • Brésil - Tour de circuit virtuel

     

     

     


    votre commentaire
  • Brésil - Présentation Lotus Racing

     

    Jarno Trulli : " Je vais me diriger vers les USA pour quelques jours d’adaptation au changement d’heure et aussi pour me détendre, m’entrainer et me préparer pour les deux dernières courses de l’année dont la prochaine se déroulera au Brésil. J’ai toujours pris du plaisir là-bas, m’ambiance est géniale mais ce n’est pas un circuit ou j’ai eu beaucoup de chance par le passé alors j’espère que cela va changer cette année. Le départ est crucial et si vous en prenez un bon, sans vous faire accrocher et sans accrocher un autre pilote alors tout ira bien pour le reste du tour. Mon meilleur résultat reste une quatrième place en 2000 et même si je sais que je ne pourrai pas répéter cette performance, mon but sera de ramener la voiture à l’arrivée en compagnie de mon coéquipier. Nous ferons de même à Abu Dhabi pour devenir définitivement la meilleure des nouvelles équipes. "

     

    Heikki Kovalainen : " Nous avons eu un bon résultat en Corée et nous voulons réitérer cette performance au Brésil et à Abu Dhabi. Le circuit de Sao Paulo est un bon défi avec pas mal d’endroits où nous pourrons dépasser. En début de course, il faudra faire attention car il y a toujours des gars qui essayent de passer dans des trajectoires différentes. Certains y arrivent et d’autres non. Je pense que cette fin de saison est assez hardcore avec beaucoup de tensions à tous les niveaux mais je vais m’assurer que l’équipe remplisse tous ses objectifs. Nous pourrions nous reposer car la fin de l’année arrive mais nous devons nous assurer de garder notre dixième place au championnat des constructeurs. "

     


    votre commentaire
  • Brésil - Présentation Renault

     


    Robert Kubica :

     

    Robert, revenons sur la Corée. Quel regard portez-vous sur la course ?
    "J’ai l’impression que, pour moi, elle s’est déroulée en deux parties. La première a été très difficile car nous avions de gros problèmes d’adhérence. J’avais du mal à garder la voiture sur la piste. Durant la seconde partie, j’ai gagné pas mal de terrain durant les derniers 10 ou 15 tours de la course car j’ai pu garder mes pneumatiques en bon état. J’ai réussi à terminer à la cinquième place, ce qui était une belle récompense pour les efforts que nous avions fournis. Il est certain que nous aurions préféré être plus compétitifs mais je pense que globalement nous devons être heureux d’avoir marqué autant de points après les difficultés rencontrées en début de course."

    Le circuit d’Interlagos conviendra-t-il à la R30 ?
    "Il est un peu particulier et il est vraiment difficile de savoir quel sera notre niveau de performance. Sur la longue ligne droite de la fin du dernier virage, le f-duct nous apportera beaucoup de gains ; c’est aussi à cet endroit que la puissance du moteur jouera un rôle important. Je pense que ce sera un peu une loterie avec la météo qui est instable au Brésil à cette période de l’année. Il est fort probable que nous roulions sur piste mouillée, tout comme l’an passé. Lorsqu’il pleut, le grip de la piste est très faible et il faut s’estimer heureux si on trouve le bon équilibre pour la monoplace."

    Quelle est la clé d’une bonne mise au point au Brésil ?
    "Il est difficile de mettre au point la voiture sur ce circuit, qui conjugue une longue ligne droite et des sections en montée. Il faut choisir entre vitesse de pointe et appui aérodynamique, qui permet de gagner du temps dans les virages – il est difficile de trouver le bon compromis. Le circuit présente un peu de tout : grande et moyenne vitesse, et c’est en quelque sorte un tracé plus traditionnel. Il est possible de gagner du temps à pas mal d’endroits. Mais, comme je l’ai dit auparavant, il est assez difficile de trouver le bon compromis avec l’équilibre et la mise au point de la voiture."

    Il règne toujours une bonne ambiance le dimanche du Grand Prix du Brésil. Parlez-nous de vos souvenirs de course…
    "Les fans se trouvent tout à côté car les gradins sont très proches. L’atmosphère sur la grille est donc très particulière. 95% des fans acclament les pilotes brésiliens mais l’ambiance est tout de même unique. J’ai réalisé un bon résultat à Interlagos l’an passé, c’était une grande surprise. Il sera difficile de répéter cette performance cette année mais comme je l’ai dit, la météo jouera un grand rôle à Interlagos et tout peut arriver."

    Vitaly Petrov :

     

    Vitaly, de quelle manière abordez-vous la prochaine course, qui se déroulera à Interlagos ?
    "Lorsqu’on connaît des courses difficiles comme cela a été le cas pour moi au Japon et en Corée, on attend avec impatience de se glisser à nouveau dans le baquet de la voiture pour oublier tous les mauvais souvenirs. J’ai donc hâte d’être à Interlagos. Il est difficile de savoir à quoi s’attendre, je n’ai encore jamais couru au Brésil. Ce sera donc un nouveau défi pour moi. C’est un circuit très réputé où se sont déroulées des courses mémorables, surtout ces dernières années lorsque le championnat y a été décidé. Je me souviens d’avoir vu ces courses à la télévision, donc découvrir Interlagos « pour de vrai » sera un grand moment."

    Que pensez-vous du tracé ?
    "Le tour n’est pas très long – tout juste un peu plus de 4km-, qui présente une grande variété de virages. Il est très sinueux par endroits et essayer de trouver la limite dans certains virages sera intéressant. Il comporte également une ligne droite très longue et présente une bonne opportunité de dépassement dans le premier virage ; le f-duct jouera un rôle important à Interlagos."

    Comment avez-vous préparé cette course ?
    "Après la Corée, je me suis immédiatement rendu à Enstone pour voir les ingénieurs et parler du Brésil. L’équipe a enregistré beaucoup de données l’année dernière, ce qui est important pour apprendre le tracé car il est possible d’analyser les vitesses, le freinage, la trajectoire et de commencer à comprendre le tour un peu plus. Je suis également retourné sur le simulateur pour m’aider à apprendre le circuit. Il suffit d’une heure pour assez bien connaitre le tracé et pour être assez confiant, puis commencer à attaquer."

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique