• GéGém@g.Formula Onel'Univers de la Formule


    Italie - Présentation : Renault


    GP d'Italie à Monza (2008)

    Fernando Alonso estime que son équipe Renault et lui peuvent terminer cette saison de manière solide. Romain Grosjean déclare qu'il est impatient de disputer son troisième Grand Prix en Formule 1, dans le temple de la vitesse à Monza.


    Fernando Alonso :
    Fernando, le weekend à Spa a été décevant. Parlez-nous de votre course...
    " Ce fut très frustrant pour moi car nous avons encore manqué une bonne chance de nous battre pour un podium et de marquer des points importants. C'est vrai que nous n'étions pas assez rapides durant la séance de qualifications, mais la voiture était plus compétitive pendant la course. Les choses étaient prometteuses jusqu'à mon premier arrêt ravitaillement, lorsqu'il est devenu évident que la voiture avait été endommagée."

    Pensez-vous que votre chance va tourner à Monza ?

    " Je l'espère car nous avons une voiture compétitive mais nous n'avons pas, jusqu'à présent, été en mesure de le démontrer. Nous avons pu constater à quel point la voiture est rapide au Nürburgring, à Budapest et à Valence. Malheureusement, et ce pour différentes raisons, nous n'avons pas marqué les points que nous aurions dû marquer. Néanmoins, je vais toujours de l'avant. J'essaie d'être positif et j'attaque le reste du championnat en croyant fermement que nous pouvons terminer la saison de manière solide."

    Parlez-nous du challenge que présente Monza ?
    " C'est un circuit particulier et le plus rapide de la saison. Nous disposerons donc d'un package aérodynamique spécifique, à faible appui. Pour cette raison, la voiture semblera très étrange et légère car nous manquerons d'un peu de grip dans les virages. Dans le passé, nous testions à Monza avant la course ; une mise au point spécifique y est nécessaire. Maintenant, cela n'est plus possible, alors il faudra beaucoup travailler le vendredi pour trouver une bonne base de réglages. Il sera nécessaire d'avoir une voiture rapide dans les lignes droites, qui soit stable lors des freinages et qui puisse utiliser les vibreurs dans les chicanes. "


    Romain Grosjean :
    Romain, Spa était votre deuxième Grand Prix mais il a été très court...

    "Oui, ma course a été décevante. J'ai eu quelques soucis lors de la séance de qualifications et j'ai donc débuté la course au bas de la grille de départ. Le début de la course était prometteur, j'avais gagné cinq ou six places au premier tour. Je me battais pour encore gagner du terrain lorsque que je me suis trouvé impliqué dans un incident au cinquième virage et cela a mis fin à ma course. C'était frustrant d'abandonner si tôt car j'ai besoin de passer autant de temps que possible dans la voiture et je voulais vraiment finir ma course à Spa. C'est un circuit que j'apprécie beaucoup. "

    Que pensez-vous de Monza ?
    "C'est un des circuits traditionnels et j'ai hâte d'y être. J'ai eu de bons résultats à Monza par le passé, je pourrai donc me concentrer sur l'équilibre de la voiture, qui aura les appuis faibles. Nous disposerons également du système KERS ce weekend. Il me faudra donc m'y habituer lors des essais libres du vendredi. Il devrait nous apporter un avantage, surtout au départ de la course."

    Vous êtes-vous fixé un objectif pour ce weekend de Grand Prix ?
    " Mon objectif ce weekend est de faire mieux qu'à Spa. Il me faudra donc au moins passer en Q2, obtenir une bonne place sur la grille et terminer la course. Pour le moment, j'apprends encore la Formule Un et je vais continuer d'utiliser chaque opportunité et chaque tour pour m'améliorer et pour aider l'équipe. Je continue également à forger une bonne relation avec mes ingénieurs, cela joue un rôle fondamental pour être en mesure de tirer le meilleur de la voiture. "

     


    votre commentaire
  • GéGém@g.Formula Onel'Univers de la Formule


    Italie - Présentation : Le dossier technique




    Le Grand Prix d'Italie à Monza est certainement le test le plus sévère de la saison pour les monoplaces de Formule 1.

    Châssis
    Aérodynamique : Monza est le circuit le plus rapide du calendrier avec une vitesse moyenne de 250km/h. Si l'équipe utilise des appuis assez faibles ailleurs dans la saison, notamment à Spa, Monza demande la mise au point d'un package aérodynamique spécifique afin d'atteindre une vitesse maximale suffisamment compétitive, de l'ordre de 340km/h. Ce package est généralement qualifié de package à ultra faible appui, mais le paramètre déterminant reste la traînée que l'on cherche ici à minimiser afin de gagner en vitesse de pointe. En soufflerie, les équipes se concentrent sur des ailerons ultra efficaces dont le design peut varier sensiblement d'une écurie à l'autre. Naturellement, ces ailerons à effet de traînée réduit génèrent également moins d'appuis. A Monza, on parle d'une perte d'environ 10% à 15% d'appuis par rapport au package de Spa-Francorchamps.

    Suspensions
    Le grip mécanique et la capacité de franchissement sont les principaux paramètres de mises au point à Monza. Tout d'abord à cause du manque d'appui aérodynamique, ensuite car la stabilité de freinage reste essentielle alors que les pilotes passent près de 15% du tour à freiner, et enfin pour s'assurer que les pilotes puissent aborder de façon agressive les vibreurs, partie intégrante de la trajectoire idéale. Ces différents compromis en termes de mise au point doivent permettre aux pilotes d'avoir une voiture réactive dans les changements de direction à basse et moyenne vitesses alors qu'une bonne sortie de virage sera également primordiale dans les virages lents. De même, il est important d'avoir une bonne stabilité au freinage pour que les pilotes puissent aborder ces zones cruciales en confiance. Les ingénieurs tâcheront donc de faire rouler la voiture avec une hauteur de caisse aussi basse que possible afin de gagner sur le plan aérodynamique. Pour éviter de « talonner » à haute vitesse, c'est-à-dire lorsque le fond plat de la voiture frotte sur l'asphalte, on utilise des entretoises en caoutchouc destinées à asseoir la voiture.

    Fernando Alonso : " La chicane d'Ascari est un des endroits les plus plaisants du tour. Il faut être agressif dans le freinage et ensuite très fluide avec le volant et l'accélération en passant les virages 9 et 10. La clé pour être rapide est de prendre la ligne de manière aussi droite que possible, ce qui n'est pas facile car avec le faible appui la voiture semble légère et elle tend à vouloir survirer à la sortie du virage 8. Comme avec toutes les chicanes à Monza, être rapide à la sortie du virage 10 est important afin de ne pas être sous pression à l'approche de Parabolica. "

    Freins
    Le pilote passe près de 15% du tour à freiner, ce qui signifie qu'il s'agit d'un paramètre important dans la lutte pour un chrono. Le réglage mécanique vise à renforcer la confiance des pilotes au freinage. Les freins sont soumis à rude épreuve ici à Monza, ce sont les freinages les plus importants de la saison; c'est notamment le cas du virage numéro 1 où les pilotes sont soumis à des forces de décélération proches de 4,5G. La voiture doit ensuite négocier quatre gros freinages à plus de 320 km/h. Une attention tout particulière sera portée au refroidissement des freins en tentant de préserver la traînée aérodynamique. On porte également une attention toute particulière au système de freinage lui-même.

    Fernando Alonso : " La zone de freinage la plus importante du tour est située au premier virage, c'est un endroit très délicat à négocier : il faut décélérer de 340km/h à 60km/h. Il est alors relativement facile de bloquer une roue durant le freinage et de prendre large, ce qui peut coûter pas mal de temps. Il faut également utiliser les vibreurs pour passer aussi droit que possible. On peut effectuer un dépassement à cet endroit si on est bien positionné après la principale ligne droite. "

    Moteur
    Performance : Monza a toujours été le test ultime pour les moteurs de Formule 1. Le moteur passe en effet 75% du tour à pleine charge, bien au dessus de la moyenne de la saison qui se situe à environ 62%. De plus, le moteur doit offrir une vaste plage d'utilisation puisque la vitesse maximale atteinte en Italie est de l'ordre de 340 km/h dans la ligne droite des stands et que la vitesse minimale est de 65km/h dans la première chicane. Le temps le plus long passé à pleine charge est d'environ 15,5 secondes, depuis la sortie de la Parabolica jusqu'au freinage de la première chicane. La cartographie moteur doit fournir aux pilotes un moteur performant même à bas régime et doit fournir un moteur progressif pour la réaccélération en virage, comme dans la Parabolica.

    Fiabilité
    Comme si ce n'était déjà pas assez exigeant pour le bloc moteur, les chicanes représentent un challenge supplémentaire pour le moteur en termes de fiabilité. Les pilotes en quête de quelques dixièmes doivent monter sur les vibreurs de manière assez agressive et il y a un risque d'utiliser le limiteur de régime lorsque la voiture est en l'air et d'abîmer la transmission à l'atterrissage. C'est pourquoi on suit avec attention les éléments auxiliaires.


    votre commentaire
  • GéGém@g.Formula Onel'Univers de la Formule1
    Heidfeld regrette le KERS à Monza.



    Les longues lignes droites et ses virages à très hautes vitesses, Monza, est le circuit le plus rapide du championnat.


    Cette configuration devrait donc permettre aux voitures équipées du KERS de bénéficier des avantages dudit système en ligne droite. Seulement voilà, BMW a décidé de l’abandonner plus tôt dans l’année.

    Nick Heidfeld craint donc que les chances pour BMW de bien figurer à Monza soient moindres, malgré la forme affichée par les F1.09 en Belgique, la semaine dernière. "La vitesse que nous avions à Spa-Francorchamps avec de faibles appuis aérodynamiques nous donne l’espoir que nous pourrions faire encore mieux à Monza avec encore moins d’appuis aérodynamiques.Cependant, les voitures équipées du KERS auront probablement un avantage considérable sur les lignes droites de ce circuit à hautes vitesses . Les bonnes performances enregistrées sur le circuit de Spa-Francorchamps ont été une source de motivation supplémentaire pour les membres du Team . BMW aborde donc le Grand Prix d’Italie avec optimisme, comme nous l’affirme Mario Theissen, le directeur de BMW Motorsport. "Nous voudrions confirmer nos bons résultats de Spa-Francorchamps, où nous nous battions à l’avant du peloton pour la première fois depuis un long moment, à la dernière course en Europe. Nos bonnes performances en Belgique ont été pour l’équipe une source supplémentaire de motivation pour les prochaines courses et nous sommes persuadés que nous sommes de retour aux avant-postes."

     

    Source:toilef1.com


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique