• GéGém@g.Formula Onel'Univers de la Formule

    La Renault revue pour la Turquie



    L’équipe Renault espère de bonnes performances à Istanbul, un circuit qui devrait convenir à la R29. Des nouveautés aérodynamiques vont être apportées. Pat Symonds, directeur exécutif de l'ingénierie chez Renault, indique que son équipe se rend à Istanbul avec confiance.


    Pat, êtes-vous satisfait de la performance affichée par la R29 à Monaco ?

    "Je le suis, mais de manière partielle. En fait, je suis surtout satisfait de notre performance absolue, car nous n’étions qu’à un petit pourcent de la voiture la plus rapide en qualifications. C’est une nette amélioration par rapport à notre début de saison. Nous étions la quatrième voiture la plus rapide en course, donc très proche du leader, bien qu’il faille comprendre cette performance dans le contexte du moment de la course. Je suis satisfait des progrès que nous réalisons du côté de la performance aérodynamique et mécanique de la voiture, mais je ne serai entièrement satisfait que lorsque nous serons sur le podium."

    Fernando et Nelson ont connu un weekend mitigé à Monaco. De quelle manière vivent-ils le début de saison ?

    "Fernando travaille très dur. Il extrait toujours le maximum de la voiture et de chaque situation qui se présente à lui. Son pilotage est meilleur que jamais, mais tout comme l’équipe, il est frustré de ne pas être là où nous voulons être : en position de nous battre en tête de peloton.

    Quant à Nelson, il continue de progresser et à être plus fort au fil de la saison. Il était très proche de Fernando à Monaco lors de la séance de qualifications et si l’on prend en compte le fait que Fernando fixe toujours la barre très haut, c’est un vrai compliment. Il peut être fier du travail qu’il a accompli. Malheureusement, il n’a pas eu de chance durant la course et ce qui est arrivé n’était en aucun cas sa faute. D’ailleurs, de manière assez inhabituelle, nous avons reçu un email de Torro Rosso nous présentant leurs excuses pour cet incident !"

    L’équipe va apporter de nouvelles solutions techniques en Turquie. Quelles sont les zones sur lesquelles les ingénieurs se sont concentrés pour améliorer la performance ?

    "Comme toujours, nous nous sommes penchés en priorité sur l’aérodynamique et, pour la Turquie, nous avons porté notre attention sur l’aileron avant et les endplates (dérives verticales d’aileron avant). C’est là que nous allons apporter des nouveautés. L’aileron avant est d’une très grande importance en ce qui concerne l’efficacité aérodynamique : c’est la toute première partie de la voiture à rencontrer l’air et le flux créé lors de l’impact est déterminant pour le fonctionnement du reste de la voiture en termes d’aérodynamique. Voilà donc le secteur sur lequel nous nous penchons en ce moment, sans pour autant oublier les autres domaines : ainsi, nous travaillons de manière continue sur la suspension et nous apporterons encore des évolutions dans ce domaine en Turquie. Ce ne seront pas des évolutions majeures ou des changements dans la géométrie, mais ces évolutions se concentrent sur la manière fondamentale dont nous faisons fonctionner suspensions et aérodynamique pour que ces deux secteurs travaillent en harmonie."

    Istanbul Park présente une variété de zones rapides et lentes, qu’est ce qui jouera en faveur de l’équipe ?

    "La performance de la voiture s’améliore de manière continue et ce que nous pouvons constater des vitesses à la corde qui sont publiées, c’est que nous sommes assez compétitifs dans les zones à vitesse moyenne et les zones à vitesse élevées. Le virage numéro 8 présente un challenge particulièrement intéressant et je pense que notre voiture sera performante à cet endroit. C’est un virage rapide qui était pris presque à fond l’année dernière, nous allons donc voir ce que cela va donner avec les restrictions aérodynamiques imposées cette année. Istanbul Park est certainement un circuit sur lequel nous nous rendons avec confiance."

    Qu’en est-il du moral de d’équipe après ces six premiers Grand Prix de la saison ?

    "Il est très bon. Nous sommes tous très impressionnés par le travail fourni par le département « recherche et développement » et par le bureau d’études de l’usine. Constater la rapidité avec laquelle nous sommes en mesure de d’apporter de nouvelles solutions, comme le nouveau diffuseur, est très bon pour le moral de toute l’équipe. Nous sommes des battants et sommes très ambitieux. Nous savons ce que nous voulons et nous travaillons dur pour l’obtenir."


    votre commentaire
  • GéGém@g.Formula Onel'Univers de la Formule

    Turquie - Le dossier technique




    Le circuit d'Istanbul Park, conçu pour tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, conjugue une série de virages rapides et des secteurs assez lents. Le circuit est désormais un des préférés des pilotes.

    Les dépassements y sont difficiles, notamment dans la première moitié du tour, mais la longue ligne droite qui mène à l'épingle du virage numéro 12 représente l'opportunité idéale pour se frayer son chemin au sein du peloton. Couplé au défi qu'est le virage numéro 8, sans doute le plus intéressant de la saison, tous les ingrédients sont réunis pour nous faire vivre un Grand Prix palpitant.
    Suspensions
    Le circuit est encore relativement récent et il offre une surface en très bon état. Les vibreurs ne s'avèrent pas particulièrement agressifs. Cela facilite très certainement le processus de réglage de la monoplace, surtout en ce qui concerne son équilibre. Une fois n'est pas coutume, l'équipe tâchera d'opter pour un compromis entre des suspensions typées dures pour la partie rapide du circuit (qui demande une voiture réactive dans les changements rapides de direction), et un réglage plus souple pour la partie plus lente, notamment pour les derniers virages (qui demandent un bon grip mécanique), comme l'explique Nelson :" Il est assez difficile de trouver le bon compromis lors de la mise au point de la voiture car le circuit est tellement varié en termes de virages et d'adhérence. Les trois derniers virages du tracé sont les plus lents et ils sont pris en 2ème, à 80km/h environ. Le virage 12, après la longue ligne droite, est l'endroit le plus éprouvant pour les freins et il offre la meilleure opportunité de dépassement de tout le tour. On peut commettre une erreur assez facilement dans ce secteur en allant trop loin dans le virage, ce qui fait alors perdre pas mal de temps. "
    Aérodynamique
    Istanbul Park ne compte que peu de virages rapides critiques mais l'équipe optera pour des appuis aérodynamiques moyens, de manière à obtenir une bonne vitesse de passage dans le long virage à gauche (numéro 8), particulièrement éprouvant pour les muscles du cou des pilotes. Cependant, dans les virages 3 à 5 et 12 à 14, c'est le grip mécanique qui s'avère déterminant. Fernando explique : " Le virage numéro 8 est le plus rapide et le plus long virage à gauche de toute la saison. Cette partie est en fait composée d'une série de virages avec quatre vibreurs mais nous considérons cet endroit comme étant un seul et même virage, que nous négocions de manière aussi fluide que possible. Nous ne freinons pas à cet endroit, nous levons juste légèrement le pied de l'accélérateur afin de maintenir la trajectoire. On est à 260km/h au milieu du virage et on ressent vraiment la force centrifuge dans notre corps. On peut facilement sousvirer dans ce virage. Heureusement, il y a pas mal de place et on peut rattraper le coup. "
    Freins
    La zone de freinage au niveau du virage numéro 12, après la longue ligne droite, est sans doute la plus importante du circuit. C'est également la meilleure opportunité de dépassement et nous devrions donc assister à plusieurs manoeuvres musclées lors du Grand Prix. Si ce circuit n'est pas particulièrement exigeant pour les freins car ils ont le temps de refroidir dans les longues lignes droites, le package aérodynamique embarqué risque de générer quelques blocages de roues arrière.
    Pneus
    Le circuit est relativement exigeant pour les pneus, notamment dans le virage numéro 8, qui met les enveloppes à rude épreuve (l'avant droit surtout). Afin d'éviter tout problème, on peut ajuster le réglage des suspensions et l'angle de l'aileron avant. Néanmoins, il faut toujours rester vigilant et trouver le bon compromis entre la protection des pneus et la recherche de l'adhérence mécanique, afin de s'assurer que la voiture soit rapide dans les endroits plus techniques du circuit. Bridgestone a opté pour les pneus « durs » et « tendres » de sa gamme 2009, comme c'était déjà le cas à Barcelone, pour le Grand Prix d'Espagne.
    Moteur
    Istanbul offre des défis variés pour les motoristes ING Renault F1 Team. Il demande à la fois une bonne vitesse de pointe et de la puissance pour bien sortir des virages plus lents. Le virage numéro 8 est une préoccupation permanente ; le moteur doit offrir une puissance solide à haut régime dans ce virage très rapide. Avec près de 65% du tour à pleine charge, ce circuit est dans la moyenne du calendrier.


    votre commentaire
  • GéGém@g.Formula Onel'Univers de la Formule
    Red Bull a encore des ressources !



    Directeur du Red Bull Racing, Christian Horner est catégorique : l’écurie et ses pilotes ont encore toutes les chances pour espérer battre Button et Brawn cette année , malgré l'avantage de plus en plus conséquent que possèdent Jenson et son équipe. Mais, d’après Christian Horner, l'équipe Red Bull savait que sa RB5 ne serait pas à l’aise dans les rues de la Principauté !
    " Nous avons toujours su que ce circuit ne serait pas l’endroit où nous serions les plus forts .Brawn a toujours été bon sur ce type de piste, et Ferrari a certainement fait des progrès au cours des deux dernières courses. Il sera intéressant de voir ce qui va se passer à Istanbul et à Silverstone. Théoriquement, ce sont les pistes qui devraient convenir le mieux aux caractéristiques de notre voiture" à Autosport.
    A l’issue des six premières courses de la saison , qui en compte 17 . Red Bull accuse plus d’une quarantaine de points de retard sur Brawn au championnat constructeurs. Sebastian Vettel, qui n'a pas inscrit de point à Monaco, est relégué à 28 longueurs de son rival britannique au classement des pilotes.
    "Nous sommes encore assez tôt dans la saison. Brawn possède une bonne avance au classement des constructeurs, et Button également en ce qui concerne les pilotes. Mais il suffit de quelques mauvaises courses et quelques victoires de Sébastien ou de Mark pour que tout soit relancé "

    Source: .f1-live.com


    votre commentaire
  • GéGém@g.Formula Onel'Univers de la Formule

    Circuit : Turquie - Istanbul




    Longueur totale

    5.338 km
    Nombre de tours
    58 (309.356 Km)
    Nombre de virages
    14 (gauche:8) (droite:6)
    Vitesse maximum
    320 Km/h
    Date de création
    2005
    Premier GP de F1
    21/08/2005
    GP de F1 organisés 4
    Capacité d'accueil
    environ 110000
    Responsable
    Turkish Motor Federation


    Historique:

    Après Bahrein, qui marquait l'entrée de la F1 dans le Moyen-Orient en 2004, un nouveau circuit s'est achevé en 2005 pour accueillir le grand cirque des monoplaces les plus rapides du monde, le circuit d'Istanbul en Turquie.Les infrastructures sont situées du côté asiatique de la ville d’Istanbul qui recèlent de trésors exceptionnels
    Les 5.37 km du tracé représentent un projet dont les Turques sont très fiers. L'enchainement des courbes et des lignes droites est assez inhabituel mais proposent au moins deux zones de dépassements potentielles. Un niveau d'appuis assez élevé sera exigé pour négocier les virages rapides au mieux sans toutefois pénaliser la vitesse de pointe qui sera nécessaire lors de la course. Un difficile compromis en perspective pour les pilotes.


    votre commentaire
  • GéGém@g.Formula Onel'Univers de la Formule

    BMW :  Modifications importantes pour la Turquie



    Week-end très décevant pour BMW Sauber à Monaco. Nick Heidfeld n’est que onzième et Robert Kubica a eu un problème de freins qui l’a contraint à l’abandon.


    Après un week end très difficile à Monaco pour l’écurie BMW, Mario Theissen espère que les modifications qui seront apportées sur la voiture pour la Turquie seront favorables.

    "Nous aurons une amélioration pour la Turquie et la voiture devrait être plus adaptée pour cette piste."
    Une ambiance pas très agréable au sein de l’écurie ce week end. Robert Kubica n’a cessé de faire des déclarations désagréables à entendre pour les membres de l’équipe.

    "C’est le premier revers après trois ans de succès, et cela était inattendue, ce qui est plutôt difficile. Mais les membres de l’écurie restent motivés" ajoute le patron de l’écurie BMW.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique