• GéGémag.Formula Onel'Univers de la Formule1  

     

     

    Sepang team par team

    Formule 1 GP de Malaisie 

    Sepang team par team

     

    Le comportement des pilotes et des voitures passé au crible pour tirer les enseignements de la 2e manche du Mondial 2007.

    McLaren - Alonso P1, Hamilton P2

    Wolking avait validé de nombreuses pièces lors des quatre jours de tests à Sepang. Ce forcing a contribué au premier doublé depuis le Brésil 2005 (Montoya / Räikkönen). Incapable de rivaliser avec Massa (Ferrari) en qualification, Alonso avait prévenu : la course est une autre histoire. Le 1er virage l'a montré. Le double champion y a oublié le raté de Melbourne et Hamilton étalé son culot. Leader, Alonso a pris une seconde au tour pendant 15 boucles puis a géré. Hamilton était à la limite et on a vu les progrès qu'il doit encore accomplir face à son équipier. Une résistance remarquable à Massa et Räikkönen. Aux championnats, McLaren occupe les places fortes.

    Ferrari - Räikkönen P3, Massa P5

    Vendredi encore, Jean Todt disait son étonnement quant aux doutes diffusés par la presse sur l'état du moteur de Räikkönen après Melbourne. Ils étaient fondés. Ferrari a tenté de cacher sa faiblesse mais Dyer relayait encore samedi matin par la radio la consigne au Finlandais : "Ne tire pas sur ton moteur" . Après la course, ce dernier a évoqué un compromis qui a bridé ses performances contre Hamilton, n'a jamais pu menacer. Massa a perdu patience dans les échappements du British et le podium avec. Le favori de l'hiver a 11 points de retard sur Alonso au championnat.

    BMW - Heidfeld P4, Kubica P18

    Les propos du patron Theissen, il y a quelques semaines, étaient fondés : BMW tient en Heidfeld un pilote capable de lutter un jour pour le titre. Le natif de Mönchengladbach a fait le taulier de service, sans strass ni paillettes. Le début de 2007 ne ressemble pas à la fin de 2006 pour Kubica. Boîte de vitesses, crevaison, freins, radio : autant d'avatars "àoublier rapidement." Mais BMW est bien la 3e force du peloton.

    Renault - Fisichella P6, Kovalainen P8

    Moins pire qu'à Melbourne, quoique. La qualification a été consternante, hors 10 pour la 1ère fois depuis le Japon 2004. Relégué à 66 secondes du vainqueur en Australie, Fisichella a fini à 65 secondes à Sepang. Un beau départ (4 places gagnées) et un parcours solide quand même. Enfermé au départ, Kovalainen a rattrapé sa faute de samedi après-midi en qualif. Une course qui lui fait beaucoup de bien. L'équipe avait apporté un nouvel aileron avant. Loin de suffire.

    Toyota - Trulli P7, Schumacher P15

    Beau tir groupé en qualification (8e et 9e) malgré un manque d'équilibre sur la TF107 de Schumacher. Trulli a surpris en attaquant le gp avec des "durs". Manque de hargne de l'Allemand : vite rentré dans le rang, il s'est fait gober par Würz et Kubica. On n'oubliera pas que la Williams-Toyota de Rosberg roulait devant comme à Melbourne avant son abandon.

    Williams - Würz P9, Rosberg Ab

    Sensationnel 6e aux essais -qu'espérer de mieux ?-, Rosberg a dû se garer à 12 tours du damier. Il était encore 6e. Belle combativité de Würz après ses soucis de boîte de vitesses en Q1.

    Red Bull - Webber P10, Coulthard Ab

    Le boss, Horner, est moins satisfait du top 10 que Webber, qui a eu la mauvaise idée de chausser d'abord les "durs" (comme Coulthard). Encore un problème de pédale de frein qui frotte sur la colonne de direction : DC avait déjà essuyé les plâtres samedi !

    Honda - Barrichello P11, Buton P12

    Samedi, les pneus de Button (15e) chauffent trop et la boîte de vitesses de Barrichello est HS. Le Brésilien (19e) passe sur le mulet réglé pour Button, et dont le moteur est différent de celui de Melbourne. Il recule de 10 places et part de la pit lane. Button a commencé en "durs" et s'est fait bousculer par Sutil au départ. "Après la qualification désastreuse, on peut dire que c'est déjà un grand pas en avant", a dit JB. Rien que ça !

    Super Aguri - Sato P13, Davidson P16

    Sato a un gros problème : il pense que la surconduite et l'attaque "kamikaze" sont un spectacle qui justifie de ruiner la course des autres. Liuzzi était malheureusement dans sa proximité. L'autre problème du Nippon est de n'exprimer aucun regret pour tous les torts qu'il crée. Davidson a roulé trois jours grippé.

    Toro Rosso - Speed P14, Liuzzi P17

    Speed a été éliminé dès la Q1 (c'est une habitude) après une erreur dans le dernier virage. De quoi confirmer les vues de Berger, qui veut s'en débarrasser. Liuzzi a été la victime de Sato dans le virage 4. Rentré pour un nouveau museau.

    Spyker - Sutil Ab, Albers Ab

    Sutil abonné aux accidents du 1er tour. Boîte de vitesses bloquée en 3e, surchauffe et incendie pour Albers.

     

    Logo Blogtrafic


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique